Constitution des Échelles de Wechsler

Les échelles de Wechsler sont le reflet d’une certaine conception de l’intelligence : celui du modèle de Carroll (qui a servi de base au modèle CHC).

En fait, les échelles de Wechsler ont évolué au fil des versions en fonction du modèle de l’intelligence dominant à chaque époque. Au départ, elles ne mesuraient que les indices verbal (intelligence cristallisée, Gc) et de performance (intelligence fluide, Gf), puis en déduisaient un QI Total en accord avec l’existence du facteur g. Par la suite, deux nouveaux indices sont apparus (mémoire de travail et vitesse de traitement) afin de s’approcher du modèle de Carroll. On obtient donc, avec les versions IV du WISC et de la WAIS (Wechsler Intelligence Scale for Children et Wechsler Adult Intelligence Scale) un modèle à 4 facteurs : ICV (Indice de Compréhension Verbale), IRP (Indice de Raisonnement Perceptif), IMT (Indice de Mémoire de Travail) et IVT (Indice de Vitesse de Traitement). Avec la dernière version WISC, le WISC V, sorti fin 2016, les créateurs ont opéré une césure de l’Indice de Raisonnement Perceptif en deux indices : l’Indice Visuo-Spatial (IVS) et l’Indice de Raisonnement Fluide (IRF). Même si cette césure a été critiquée par certains chercheurs qui n’observaient que 4 facteurs de groupe et non 5 dans leurs analyses factorielles, elle possède une validité empirique diagnostique, notamment de certains troubles comme les troubles visuo-spatiaux. En scindant l’Indice de Raisonnement Perceptif en deux alors qu’il était constitué de 3 épreuves, il fallait rajouter une épreuve supplémentaire pour que les deux nouveaux indices soient composés chacun de deux épreuves. 

Dans le WISC V, le score composite du QIT est constitué comme présenté ci-dessous :

Les 7 épreuves entrant dans le QIT du WISC V

Contrairement aux versions précédentes du WISC, le QIT n’est pas composé des 10 épreuves qui composent les 5 indices principaux, mais de 7 de ces 10 épreuves, notamment les deux de l’ICV (Similitudes et Vocabulaire), les deux de l’IRF (Matrices et Balances) et la première épreuve de chacun des autres indices, soient Cubes, Mémoire des chiffres et Code. La raison de ce choix est de laisser plus de place à l’intelligence cristallisée et à l’intelligence fluide par rapport aux autres facteurs du modèle CHC car celles-ci ont plus de poids dans les comportements adaptatifs, notamment la réussite scolaire et professionnelle. 

Le QIT du WISC V n’est basé que sur les 7 épreuves en gris, le reste permet d’avoir des indices et un profil cognitif

Les indices du WISC V présentent des liens différents avec le QIT. Dans l’ordre décroissant, de l’indice le plus corrélé à l’indice le moins corrélé, nous avons :
1) l’IRF ; 2) l’ICV ; 3) l’IVS ; 4) l’IMT et enfin, loin derrière 5) l’IVT. 

Indice Corrélations
des épreuves 
Fidélité Corrélation
avec le QIT 
ICV0,630,880,82
IVS0,610,920,77
IRF0,490,930,84
IMT0,440,890,74
IVT0,540,870,53

En plus des indices correspondant aux facteurs de groupes (ICV, IVS, IRF, IMT et IVT), et à l’indice composite qu’est le QIT, 3 indices supplémentaires ont fait leur apparition à partir des 10 épreuves obligatoires et 2 autres indices si l’on fait passer des épreuves complémentaires. 

Le premier, l’Indice d’Aptitude Générale (IAG) existait déjà dans le WISC IV, la WAIS IV et la WPPSI IV, mais, pour le calculer, il fallait chercher dans un autre manuel du test (celui que l’on ne lit jamais !). Cette fois-ci, il est intégré dans le logiciel de correction et se trouve dans le manuel non loin des notes standard, des indices et du QIT. Il est composé des épreuves qui rentrent dans le QIT en supprimant celles de mémoire de travail et de vitesse de traitement. Il est utile en tant que meilleure représentation de l’intelligence que le QIT pour les enfants qui présentent un Trouble Déficitaire de l’Attention (TDA-H), une dyslexie, un trouble du spectre de l’autisme ou encore pour les HPI, seulement et seulement si l’IAG est au moins supérieur de 4 points au QIT. 

Le second, l’Indice de Compétence Cognitive (ICC) est nouveau et représente l’inverse de l’IAG. Il est constitué uniquement des épreuves de l’IMT et de l’IVT, soient Mémoire des chiffres, Mémoire des images, Code et Symboles. Ces épreuves évaluent les processus mentaux de base sous-tendant les activités intellectuelles plus complexes. L’ICC est utile en comparaison avec l’IAG si la différence entre ces deux indices est supérieure à 11 points, car il est moins influencé que l’IAG par le contexte éducatif. 

Enfin, le dernier indice composite supplémentaire est l’Indice Non Verbal (INV). Comme il est composé des 7 épreuves sur les 10 obligatoires dont la sortie n’est pas verbale (tout sauf Similitudes, Vocabulaire, Mémoire des chiffres et Symboles où il est nécessaire de barrer sur “non”), il est utile pour les enfants qui ont de faibles compétences en compréhension et/ou expression verbale, et pour les enfants dont la langue maternelle n’est pas le français. Si l’INV est supérieur au QIT d’au moins 4 points, le QIT sous-estime l’intelligence de l’enfant pour des raisons linguistiques. 

De ces trois indices supplémentaires, celui qui est le plus corrélé avec les apprentissages est l’IAG. 

IndiceFidélité Corrélation
avec le QIT 
Corrélation
avec les apprentissages 
IAG0,950,960,73
ICC0,910,760,60
INV0,960,910,61

Il existe encore deux autres indices, mais il est nécessaire d’effectuer des épreuves subsidiaires. Comme cette dernière version du WISC a créé une nouvelle épreuve au sein de l’Indice de Mémoire de Travail (Mémoire des Images) afin d’évaluer la mémoire de travail à partir de deux types de matériel (auditif et visuel) reflétant ainsi mieux le modèle de la mémoire de travail de Baddeley, un indice supplémentaire a été créé afin d’évaluer de manière plus robuste la mémoire de travail auditive-verbale : l’indice de Mémoire de Travail Auditive (IMTA). Il est composé de Mémoire des chiffres et de Séquence Lettres-Chiffres qui appartenait au WISC IV. Il est utile pour les troubles de la boucle phonologique présent chez certains types de dyslexie et de troubles du langage. 

Enfin, le dernier indice proposé dans le WISC V est l’indice de Raisonnement Quantitatif (IRQ). Il est composé de Balances qui appartient à l’Indice de Raisonnement Fluide et d’Arithmétique, épreuve supplémentaire, qui auparavant, appartenait à l’Indice de Mémoire de Travail. Ces deux épreuves ont été regroupées afin de constituer une première évaluation lors de suspicion de troubles du calcul comme la dyscalculie. 

Attardons nous un peu sur les épreuves constituant la dernière version de échelle de Wechsler pour enfant :  le WISC V. 

Épreuve Capacités évaluéesUtilisation dans :Coefficient de fidélité Saturation par le facteur gCorrélation avec les apprentissages 
Similitudes – Formation des concepts verbaux et de catégories hiérarchisées : il faut identifier les traits essentiels, ceux qui sont communs et stables, et faire fi des traits accessoires, qui sont quant à eux, spécifiques et contingents. 

– Accès à l’abstraction
QIT, ICV et IAG0,80Très élevée (>0,70)0,65
Corrélation élevée car la maîtrise des concepts verbaux est très sollicitée à l’école. Corrélation forte notamment avec la lecture, l’expression écrite ainsi qu’avec les mathématiques
Vocabulaire – Lexique mental

– Mémoire sémantique 

– Degré d’élaboration des concepts verbaux, compétences métalinguistiques

– Niveau de catégorisation, de conceptualisation, et d’abstraction
QIT, ICV et IAG0,81Très élevée (>0,70)0,63
Très bon prédicteur de l’acquisition des connaissances sociales, scientifiques et humaines. Lié à la qualité du milieu socioculturel et à la richesse des interactions verbales avec l’environnement
Cubes – Capacités d’analyse visuo-spatiale et de raisonnement sur les relations spatiales.

– Organisation perceptive

– Habiletés de coordination visuo-motrice.

– Aptitude à travailler sous la pression du temps.
QIT, IVS, INV et IAG0,84Élevée (entre 0,60 et 0,70)0,43
Puzzles visuels – Traitement visuel. 

– Aptitude à analyser une forme complexe et à la transformer en effectuant des déplacements et des rotations de ses éléments 
IVS et INV0,90Élevée (entre 0,60 et 0,70)0,37
Matrices – Raisonnement visuel

– Capacités d’induction (inférer une logique à partir de l’observation)

– Capacités de déduction (généralisation d’une logique et application sur de nouveaux éléments)

– Traitement visuo-spatial

– Capacités d’association et de différenciation entre les éléments

– Démarche catégorielle (abstraction de traits communs et de différences par comparaisons)

– Mémoire de travail. 
QIT, IRF, ING et IAG0,96
Très sensible à l’effet Flynn
Élevée (entre 0,60 et 0,70)0,35
Balances Raisonnement fluide, séquentiel et quantitatif. Se base sur la conservation du poids de Piaget. QIT, IRF, ING et IAG0,94Élevée (entre 0,60 et 0,70)0,33
Mémoire des chiffres – Mémoire à court terme auditive

– Mémoire de travail auditive (boucle phonologique et administrateur central) 
QIT, IMT, IMTA et ICC0,82Élevée (entre 0,60 et 0,700,71
Mémoire des images – Mémoire à court terme visuelle.

– Mémoire de travail.

– Inhibition de l’interférence, mise à jour du contenu de la mémoire de travail. 
IMT, INV et ICC. 0,86Moyenne (entre 0,40 et 0,60)0,45
CodeTraitement de l’information faisant appel à la discrimination et à la mémoire de symboles visuels, donc tâche d’apprentissage. QIT, IVT, INV et IAG0,83Faible (<0,40)0,34
Épreuve la moins réussie pour les TDA, autistes et HPI. 
Symboles – Vitesse perceptive

– Reconnaissance et discrimination visuelle
IVT et ICC0,79Moyenne (entre 0,40 et 0,60)0,28


Source

Grégoire J. (2019) . L’examen clinique de l’intelligence de l’enfant. Fondements et pratique du WISC-V. Editions Mardaga.

%d blogueurs aiment cette page :